Quel est ton poste au sein de Net4All et en quoi consiste-t-il ?

Pour mieux expliquer mon poste, mieux vaut commencer par le contextualiser. A l’origine, je suis arrivé chez Net4All en tant que chargé de marketing et communication.

Cependant, 1 mois après mon arrivée, ma responsable de stage à eu de nouvelles opportunités. Je me suis donc retrouvé rapidement confronté à de nouvelles responsabilités sous le nouvel encadrement d’Anthony Gerard.

Aujourd’hui, mon poste est donc devenu assez polyvalent. Il consiste à s’occuper de tout ce qui concerne de près ou de loin au marketing et la communication de l’entreprise.

Par exemple, cela peut être de la communication interne, c’est-à-dire la préparation et la diffusion des actualités de l’entreprise pour les collaborateurs. Mais aussi de la communication externe, avec des posts sur les réseaux sociaux, le suivi statistique et le reporting.

D’un autre côté, on retrouve un côté événementiel avec la participation à des salons (lorsqu’ils peuvent avoir lieu) qui sont précédés de préparation, mise en place de plans de communication, de création de visuels, etc.

En dehors des activités de communication pure, il y a aussi un aspect plus marketing avec notamment la gestion du compte Google Ads et plus précisément de nos campagnes Adwords.

Enfin, je peux être amené à faire diverses études, interviews collaborateurs et clients, en bref, tout ce qui pourrait alimenter nos contenus.

Pour résumer, c’est un poste avec une multitude de missions intriquées les unes aux autres.

 

Pourquoi fais-tu ce stage ? (Études, filière…)

Comment-en suis-je arrivé là ? C’est une question que je me pose régulièrement ! Plus sérieusement, il s’agit de valider ma troisième année à L’ISCOM Paris, pour poursuivre mes études jusqu’au Master, soit 5 ans d’études après le bac pour la France, car j’ai omis de le spécifier mais je suis français.

Quant à mon parcours, j’étais en formation publicitaire à l’Université Paris Descartes. Ce sont des études alliant théorie et pratique, et qui dit pratique dit étude sur le terrain. C’est ainsi que les stages sont vite devenus un incontournable de notre scolarité, ce qui est également le cas à l’ISCOM. J’ai ainsi pu réaliser ici mes 6 mois de stage de validation.

Concernant la sélection de ce stage, il figurait haut sur ma liste de choix car la Suisse est un pays dont le bon vivre et les bonnes expériences m’ont été contées par beaucoup de mes connaissances, et car les missions proposées par l’entreprise étaient en accord avec ce que je recherchais.

 

Pourquoi avoir choisi Net4All ?

L’opportunité de réaliser mon stage au sein de Net4All s’est présentée et l’entreprise a été très réactive, ce qui était pratique pour moi car j’avais besoin d’une réponse rapide. De plus, les démarches administratives en Suisse sont efficaces, mais tout de même assez longues, rendant indispensable toute planification à l’avance ; encore plus lors d’un séjour à l’international.

 

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce stage ?

Quand bien même ce n’était pas prévu par l’entreprise, j’aime bien la responsabilité qui m’a été donnée suite au départ de mon ancienne responsable. Celle-ci m’a permis de prendre plus d’initiatives et de pouvoir mettre ma propre patte dans ce que je fais.

Il y a une certaine liberté et diversité dans mes missions, ce qui est plutôt sympathique pour un étudiant habitué à la récurrence des emplois du temps.

Enfin, les collègues sont vraiment sympathiques, que ce soit côté France ou Suisse. C’est un réel plaisir de travailler avec eux.

 

Qu’est-ce qu’une journée type pour toi ?

Ma journée type serait de se lever, me préparer et me rendre dans mon bureau. Il s’agit de la seule chose réellement récurrente dans une journée.

En effet, les sujets sont extrêmement divers comme j’ai pu l’évoquer, même si certaines choses restent courantes comme les réunions. Pendant la période du confinement par exemple, le nombre de points pouvait aisément monter 6 ou 7 par jour.

Toutefois, cette diversité d’actions fait que mes journées ne se ressemblent pas vraiment en matière d’activité. Si ce n’est lors de la prise régulière d’un café ou d’un thé si les placards sont vides.

 

Que penses-tu de ton encadrement ?

Je dirais qu’il a beaucoup évolué au fil du temps.

Pour imager, je dirais que tout a commencé sur une autoroute dans laquelle j’avançais de manière régulière, sûr de ma destination. Le départ de ma responsable a perturbé cette quiétude un peu naïve. C’est à ce moment-là qu’il a fallu prendre un certain nombre de décision pour continuer à faire avancer les anciens et nouveaux sujets attribués.

Heureusement, Anthony Gérard, CEO Suisse et Carine Guillemet, responsable communication France m’ont aidé dans cette tâche.

Aujourd’hui, mon encadrement est bien construit, je travaille aux côtés de personnes pointilleuses et sympathiques avec qui il est très agréable de travailler.

 

Pourquoi travailler dans ce secteur ?

J’ai un parcours scolaire un peu spécial. Au lycée j’ai commencé en scientifique car mes parents me voyaient ingénieur dans l’aéronautique. Finalement, je me suis tourné vers les sciences économiques et sociales.
Lors de mon orientation post-bac, un cursus m’a particulièrement intéressé, celui de la Publicité au sein de Paris Descartes. Au terme d’une sélection plutôt intense, j’ai été pris.
Ce fut une révélation, me permettant de m’ouvrir en plus d’exploiter ma créativité. C’est donc pour cela que je suis resté dans le marketing.

Ensuite, pourquoi me tourner vers une entreprise d’informatique ? En vérité, c’était surtout pour le CV. Je considère que si j’arrive à vendre des produits d’un secteur particulier comme l’IT, je n’aurai pas trop de mal à vendre des produits plus généralistes par la suite.

 

Plus personnellement, qu’aimes-tu dans la vie ?

Je dirais que j’aime les choses simples mais qui sont souvent les plus importantes pour notre épanouissement. J’aime sortir avec des amis, aller au restaurant, boire un café en terrasse, les discussions stériles, parler de philosophie avec les plus motivés. Je vais souvent au cinéma, j’aime les livres qui font réfléchir, de philosophie mais aussi de science-fiction. Sinon, je joue de temps en temps aux échecs mais pas à un haut niveau. Malheureusement, je ne pense pas que je passerais les qualifications des grands tournois… même s’il faut croire en ses rêves !

 

Quelle est la chose la plus importante dans un stage selon toi ?

Un bon encadrement, une bonne ambiance et surtout : du bon café !

 

Cadwal Assémat
Cadwal Assémat
Chargé Marketing et Communication