Le Cloud hybride est un terme à la mode. Pour faire simple, il rassemble deux infrastructures : Cloud privé et Cloud public. Ceci, afin de de tirer parti du meilleur des deux mondes.

L’hybride est une opportunité pour tous types d’entreprises et enjeux associés.

Découvrez pourquoi !

Le cloud hybride : définition 

Vous l’avez compris, l’hybride est donc à mi-chemin entre une infrastructure de Cloud privé et Cloud public. Afin de comprendre son intérêt, rappelons d’abord ce qui différencie les deux infrastructures.

Le Cloud privé peut se définir de deux manières. Tout d’abord, une entreprise peut posséder ses propres datacenters ou salles informatiques et conserver ses données sur site (“on premise”).

Cloud Hybride Ensuite, une entreprise peut également faire appel à un expert Cloud qui lui met à disposition un espace de stockage sur un environnement qui lui sera dédié. Dans ce cas de figure, l’entreprise est alors cliente et ne possède pas les datacenters, elle accède alors à ses données par le biais d’internet ou alors d’une connexion sécurisée fournie par un opérateur.

L’avantage stratégique dans les deux cas est que l’entreprise peut choisir où sont stockées ses données et comment elle souhaite configurer ses environnements (architecture réseau, matériel, technologies et choix des composants).

Le Cloud public, lui se caractérise comme l’ensemble des services de calcul offerts par des fournisseurs tiers (Amazon, Microsoft, Google pour les principaux) sur l’Internet public, disponibles pour quiconque souhaite les utiliser ou les acheter*.

Même si nous parlons plus de ressources ou de services mis à disposition dans ce cas, ce sont bien des serveurs derrières.

L’avantage principal est la facilité de compilation et de modification qu’offrent les plateformes de Cloud public. Le but est de pouvoir adapter, en fonction des besoins, la mise à disposition des ressources et des coûts attenants (sur le cloud public, nous payons uniquement ce que nous utilisons.) Etant également leur cœur de métiers, les clouds providers sont responsables du service fourni et donc de la gestion de l’obsolescence des serveurs et de tous les composants nécessaire au bon fonctionnement de celui-ci. Le montant facturé est mensuel et peut varier, comme évoqué précédemment. Attention donc à bien surveiller la consommation et à se former pour utiliser le cloud pour des intérêts spécifiques, c’est à dire ceux qui vous permettront d’optimiser vos coûts.

Nota :  vous pouvez même pré-réserver des instances pour obtenir de meilleurs tarifs.

Le cloud hybride consiste donc à adopter une infrastructure informatique qui s’appuie en partie sur son propre matériel ou sur son fournisseur de Cloud privé, et en partie sur des ressources à la demande mises à disposition par des fournisseurs tiers sur internet. Le choix final de la disposition des ressources est fait par le client et repose sur des critères de choix : criticité des données, les services à utiliser (messagerie, CDN), etc.

Pourquoi adopter l’hybride ? 

L’adoption d’une infrastructure hybride est judicieuse et l’hybridation peut être à différents niveaux. En effet, toutes les entreprises n’ont ni l’envie, ni la nécessité d’opter pour une infrastructure 100% public. Le choix du Cloud hybride est donc une alternative mesurée et raisonnable, cette étape intermédiaire permet de profiter du meilleur de chacun des deux mondes.

Imaginons que vous ayez besoin d’un outil collaboratif comme Office 365 : vous pouvez tout à fait avoir votre messagerie sur le Cloud public Microsoft et le reste de votre infrastructure sur le Cloud privé. Cela vous permet de conserver vos données plus sensibles dans un environnement non exposé publiquement.

Nota: si nous prenons le problème à la base et que nous cryptons bien les données, celles-ci peuvent être sécurisées peu importe où elles se trouvent.

L’hybridation peut également être une bonne alternative notamment pour les environnements purs web, comme les sites e-commerce.

En effet, la mise en place d’un CDN (content delivery network), par exemple, se fait uniquement par le biais des acteurs du cloud public. Ceci est utile dans le cas où votre site serait présent à l’étranger, car il vous permet de rapprocher votre contenu de l’utilisateur final, et donc de réduire le temps de chargement des pages de votre site. Vous pouvez donc tout à fait continuer d’héberger vos données sensibles sur du cloud privé et le reste de vos données lambda sur votre CDN.

Enfin, gardez à l’esprit qu’une transition réussie vers l’hybride est une transition qui respecte quelques bonnes pratiques, notamment quand il s’agit de sécurité!

Cloud Hybride : comment sauter le pas ?

Avant d’envisager une migration, il est important d’établir vos critères de sécurité et donc de bien protéger votre infrastructure.

Tout d’abord, vous pouvez restreindre l’accès à votre réseau d’entreprise, en procédant à un filtrage des adresses IP. Pour renforcer le niveau de protection, vous pouvez également mettre en place un VPN. Celui-ci est un tunnel – sécurisé –  d’accès entre votre cloud (public ou privé) et vous-même.

Cette solution offre une protection plus optimale. Ainsi, le VPN mis en place servira à relier vos deux environnements.

Cloud hybrideUne fois que vous vous êtes assuré de la bonne sécurité de vos infrastructures, le champ des possibles est infini grâce au cloud public et à votre expert cloud. Dans le cas où vous posséderiez encore vos propres serveurs (sur site), une fois qu’ils sont obsolètes, pensez à faire appel à un expert cloud afin de déplacer vos données sur du cloud public ou privé.

En effet, pour des TPE ou PME disposant d’un budget limité, les coûts d’investissement et d’installation dans de nouveaux datacenters (sur site), seront certainement trop élevés.

Vous pouvez également opter pour une stratégie différente et faire le transfert de vos données de manière progressive. Soyez tout de même préventif et évaluez en amont l’ampleur des données à migrer. L’évaluation vous permettra de faire un choix éclairé et de savoir quels types de données seront à transférer sur chaque infrastructure.

Ainsi, lorsque vos besoins dépassent les ressources disponibles sur votre cloud privé sur site, vous pourrez aisément les exploiter sur le cloud public. De plus, comme vous payez à la consommation, vous pouvez utiliser ces ressources supplémentaires uniquement sur une période donnée. Le Cloud hybride est la bonne alternative pour maîtriser vos dépenses IT.

L’hybride vous permet donc de bénéficier d’une élasticité pour faire faces aux variations de vos besoins, liés à des facteurs externes. L’intérêt pour les PME et TPE de passer sur du cloud hybride est le même que pour des grosses entreprises. En effet, il n’y a pas de coût d’investissement à prévoir pour passer au cloud public, cela évite donc aux petites entreprises de faire des investissements trop importants.

Il n’y a pas de méthode spécifique à suivre pour passer au cloud hybride, respectez simplement les bonnes pratiques de sécurité, importantes pour votre entreprise et votre image.

Vous l’avez compris, l’hybride est un bon moyen de passer progressivement au cloud tout en limitant les risques et les investissements IT !

Nous vivons dans un monde où tout évolue très rapidement. Pour être sûr de faire le bon choix, le plus simple est de vous appuyer sur des experts. Faites confiance à un partenaire certifié qui vous fera bénéficier de son retour d’expérience et vous permettra de prendre la bonne décision en tenant compte de l’ensemble de vos critères et besoins.

* https://azure.microsoft.com/fr-fr/overview/what-is-a-public-cloud


Contactez nos équipes pour plus de renseignements  !

Eliza Jeker
Eliza Jeker
Chargée de Marketing et Communication