Chargement du site très lent, page qui ne s’ouvre pas, panier indisponible… Autant d’éléments qui ne feront que faire fuir vos prospects et clients de votre site sans finaliser ses acquisitions ! Une excellente qualité de navigation est donc essentielle pour la santé de votre entreprise.

Le TMC, ou test de montée en charge, permet d’évaluer la capacité maximale du nombre de visiteurs que peut recevoir votre site web : c’est un test basique à effectuer régulièrement afin de déterminer puis d’optimiser les points sensibles de votre site. Objectif ? Rendre ce dernier plus performant !

En pratique, le test de montée en charge simule le parcours utilisateur à travers différents scénarii, il ne s’agit donc pas d’une estimation approximative ou supposée, mais bel et bien la plus proche possible de la réalité.

Aujourd’hui, les tests de montée en charge sont des incontournables pour vous permettre d’anticiper vos périodes d’activités stratégiques. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être confrontés à une plateforme défaillante, car c’est l’image (et le chiffre d’affaire !) de l’ensemble de votre société qui est en jeu.

Pourquoi réaliser un test de performance web ?

Connaissez-vous la limite d’utilisateurs que peut recevoir votre site au même instant ? Vos infrastructures sont-elles en capacité de gérer un pic de visites lors des périodes cruciales de votre activité ?

Tel est le type de questions que vous devez vous poser. Si la réponse est non dans les deux cas, un test de montée de charge est certainement à envisager prochainement dans votre structure.

En effet, certains sites ou applications web sont amenés à connaitre un fort trafic. Les plus concernés sont entre autres les sites de ventes en ligne : ouvertures des soldes, vente de billets de concerts ou sportifs, déstockage, actions promotionnelles et publicitaires, lancement de nouveaux produits, période de Noël, etc. Les comportements tendent depuis plusieurs années vers une augmentation sensible des achats via internet, afin d’éviter la foule dans les centres commerciaux mais aussi pour bénéficier d’un plus grand choix de produits. La recherche de promotions ou d’exclus web toujours plus intéressantes constituent également un critère majeur.

Autre scénario possible, qui s’applique cette fois à tous et non seulement aux sites e-commerce : un pic de notoriété. Si votre entreprise est citée dans une émission TV ou radio, que vous faites une campagne de communication de grande ampleur ou bien si elle fait la Une suite à un bad buzz, de nombreux curieux vont se ruer… sur votre site internet !

C’est pour toutes ces raisons que les TMC ne doivent pas être négligés dans votre stratégie.

Que mesure-t-on lors d’un TMC ?

Un test de montée en charge est réalisé dans une optique prévisionnelle, pour s’assurer du bon fonctionnement de ses applications.

Il mesure le temps de réponse du site durant une augmentation progressive du nombre de visiteurs. Ce temps de réponse correspond à la somme du délai de traitement de l’applicatif et du temps de réponse du serveur web. Des mesures menées en collaboration avec les équipes de développement de l’applicatif permettent d’identifier les bottleneck de la plateforme afin de pouvoir les résoudre efficacement de manière à ne pas y être confronté durant des pics de trafic par exemple.

 

TMC : Comment procéder à une montée en charge ?

Ces tests de performances web sont joués dans un laps de temps limité au cours duquel la hausse de trafic sera graduelle dans le but de déceler le point de rupture de l’application. Deux méthodes coexistent, chacune ayant ses aspects positifs ou négatifs : augmentation continue ou augmentation par série.

  • L’augmentation continue permet de trouver le point de rupture précis où l’application ne répond plus. C’est la solution la plus complexe et risquée à mettre en œuvre : puisque l’augmentation est continue, le test doit être complètement automatisé. En bref, cela signifie que les informations sont récoltées en parallèle du monitoring : si le test rencontre un problème, il doit donc être ré-initié du départ.
  • Avec l’augmentation par séries, l’analyse des résultats est plus aisée car, en cas de doute, il est envisageable de relancer une seule session de test, indépendamment des autres. Cette solution exige de laisser l’architecture dans un état identique, pour ne pas fausser les résultats et pouvoir comparer les mesures efficacement. Toutefois, avec cette technique, il n’est pas possible de repérer avec précision le point de rupture : celui-ci se trouvera dans une fourchette (entre deux « étapes » de tests).

A l’heure du développement et de l’intégration continu, les tests de charge périodiques deviennent essentiels afin d’évaluer l’impact des développements courant sur les performances du site. En effet, il n’est pas rare qu’une modification, bien que parfois mineur, ait un impact fort sur les performances globales de la plateforme (requête sql lentes, inclusions multiples, etc).

Point sur le test de montée en charge

La santé de votre plateforme ne doit pas être laissée au hasard. Un test de montée en charge doit suivre une démarche de régularité et d’anticipation. L’envisager uniquement à l’approche de périodes stratégiques est donc une faute. Ainsi, quand il est effectué régulièrement, ce test permet d’identifier les dégradations de votre plateforme et de programmer efficacement vos actions correctives dans le temps. Adieu les imprévus !

Grâce au test de montée en charge, votre site pourra maintenir son image de marque, sa notoriété, sa visibilité et surtout ses ventes et son chiffre d’affaires dans le cas d’un site e-commerce.

 

Alors, êtes-vous certains que votre plateforme sera opérationnelle pour votre prochain temps fort ?

Si vous souhaitez vous renseigner ou effectuer un test de montée en charge, contactez Net4all.

Melissa Oriol
Melissa Oriol
Marketing & Communication @Net4All